Copyright Association SMASH " Solidarité avec les Malades Atteints de Syndromes Hémorragiques " 2010-2015

  • Facebook Classic

Jeudi, 21 mai, 2015

EN DIRECT DES CONGRÉS

Le XIVème congrès des pathologies musculo-squelettiques de l’hémophilie (XIVth International Musculoskeletal Congress of the WFH) s’est tenu à Belfast (Irlande du Nord) du 7 au 10 mai 2015.

Ce congrès réunit non seulement les spécialistes de l’hémophilie intéressés par les conséquences de l’hémophilie sur les muscles et articulations, mais aussi des professionnels de ces pathologies qui dans leur exercice quotidien sont confrontés aux aspects spécifiques liés à l’hémophilie : chirurgiens orthopédistes, médecins rééducateurs, rhumatologues, kinésithérapeutes.

Voici quelques informations sélectionnées issues de ce congrès :

- Plusieurs communications avaient pour thème le dépistage précoce des atteints articulaires : si l’imagerie par résonnance magnétique nucléaire reste l’examen de référence pour l’étude des atteints de la synoviale et du cartilage son coût et sa disponibilité limitée ont incité à chercher d’autres méthodes. L’échographie a ses partisans. Non coûteuse, facilement accessible et totalement dénuée de risques elle donne des informations particulièrement intéressantes sur l’existence la nature et la localisation d’un épanchement, permettant de distinguer entre hématome périarticulaire et épanchement.  Elle nécessite et c’est peut-être sa faiblesse, un opérateur fiable et entraîné investi de la confiance du clinicien. Une évolution possible serait son utilisation par le clinicien lui-même mais ceci demande une formation spécifique.

Une autre méthode de détection précoce des atteints ostéo-articulaires pourrait venir de l’étude de marqueurs sanguins. Des travaux intéressants sont menés en ce sens. Des études prospectives sont envisagées pour valider ces outils.

- La prévention des atteintes articulaires est évidemment une préoccupation majeure. La place de la prophylaxie n’est plus à démontrer pour cela. Les protocoles peuvent varier d’une équipe à l’autre et seront probablement modifiés par l’arrivée annoncée des facteurs anti-hémophiliques à demi-vie prolongée. L’étude de leur efficacité pourra bénéficier des techniques de dépistage précoce des atteints ostéo-articulaires évoquées ci-dessus.

- A côté de l’articulation, l’os paraît menacé chez l’hémophile de nombreux travaux font état de déficit fréquent en vitamine D chez l’hémophile, responsable de décalcification et de fragilité osseuse. La recherche systématique de carence en vitamine D et son traitement par ingestion de vitamine D et calcium est proposée par plusieurs équipes

- De nombreux exposés ont porté sur les traitements des arthropathies. A la phase précoce, caractérisée par la survenue d’hémarthroses récidivantes dues à une hypertrophie synoviale, deux techniques sont proposées : la synoviorthèse, utilisant, lorsqu’ils sont accessibles les radio-isotopes et l’embolisation. Si la synoviorthèse isotopique a fait la preuve de son efficacité, ses indications chez l’enfant doivent être limitées au maximum. Les radio-isotopes peuvent être remplacés par des injections intra-articulaires de rifampicine, dont l’efficacité est plus limitée et qui nécessitent le recours à plusieurs infiltrations. Pour certains auteurs donc, l’embolisation, en de bonnes mains reste une alternative intéressante. D’autres équipes proposent le lavage intra-articulaire avec injection de corticoïdes.

- enfin, les traitements chirurgicaux ont fait l’objet d’exposés intéressants. Beaucoup ont insisté sur la fréquence d’atteints de la cheville. Si, il y a quelques années seule l’arthrodèse était proposée, la mise en place par des équipes expérimentées, de prothèse de cheville dont le Dr Asencio à Nîmes a été l’un des promoteurs dans l’hémophilie, se développe et le nombre de ses détracteurs diminue. Le résultat dépend du bienfondé de l’indication, de l’habileté de l’opérateur et de la qualité de la rééducation post-opératoire. La rééducation reste, à tous les stades de l’hémophilie un complément indispensable aux thérapeutiques mises en œuvre.