Copyright Association SMASH " Solidarité avec les Malades Atteints de Syndromes Hémorragiques " 2010-2015

  • Facebook Classic

Lundi, 12 mars, 2018

INFORMATIONS THÉRAPEUTIQUES &

MISSION AFATH EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Informations thérapeutiques

- Le facteur IX à demi-vie prolongée enfin accessible pour les patients Français

Après de longues négociations entre le laboratoire SOBI et les autorités de santé, le facteur IX Alprolix à demi-vie prolongée est enfin disponible en France.

Sa longue demi-vie va permettre de faire des prophylaxies avec une injection intraveineuse tous les 7, 10 voire 14 jours au lieu des 2 injections par semaine nécessaires actuellement.

 

- Une révolution dans le domaine du traitement des inhibiteurs

L’apparition d’un inhibiteur qui empêche l’action des concentrés de facteur VIII chez les patients hémophiles A traités par ces concentrés est une complication redoutée par les médecins en charge de ces patients. Elle nécessite l’utilisation pour les hémorragies de produits très coûteux,  de maniement difficile (Feiba, Novoseven) et la mise en place d’une tolérance immune comportant l’injection tous les jours voire deux fois par jour de très fortes doses de facteur VIII.

Un médicament dénommé emicizumab a montré son efficacité dans cette indication. Il remplace le F VIII et prévient les hémorragies. Il ne nécessite qu’une injection sous-cutanée par semaine. C’est donc un progrès considérable. Il est maintenant accessible pour les patients Français mais nécessite pour son obtention une procédure particulière dénommée ATU  (Autorisation Temporaire d’Activité) que les médecins des CRTH peuvent mettre en place pour les patients porteurs d’inhibiteurs.

Il est possible que d’ici 3 à 4 ans il puisse aussi être utilisé chez les hémophiles sans inhibiteur : des essais cliniques sont en cours

 

Mission AFATH en République Démocratique du Congo (RDC)

L’Association Française des Hémophiles a mis en place une action appelée AFATH : Association France Afrique pour le Traitement de l’Hémophilie visant à mettre en place et développer les soins aux hémophiles dans les pays d’Afrique francophone. Chaque année, deux pays bénéficient d’une programme de 3 ans comportant des missions de praticiens français qui forment sur place à l’hémophilie les médecins, infirmières, kinésithérapeutes et autres personnels de santé ainsi que  des envois de matériel de laboratoire et réactifs pour faire les diagnostics. Plusieurs pays d’Afrique en ont déjà bénéficié. Pour cette année, la RDC a été désignée.

Du 27 février eu 1er mars 2018, deux praticiens Français (Pierre TOULON et Jean-François SCHVED) ont mis en place avec l’aide du responsable local, le Pr Jean-Lambert GINI et de l’association de patients congolais (ACDH : Association Congo Démocratique des hémophiles) à Kinshasa, un séminaire de formation clinique et biologique pour les praticiens congolais. Ce séminaire a réuni une centaine de personnes. A l’issue de ce séminaire, de grands progrès ont été réalisés : mise en place au Congo du diagnostic biologique d’hémophilie, qui n’était pas possible jusqu’à maintenant, consultations spécialisées aux patient suspects d’hémophilie, dont le diagnostic a ainsi pu être établi, formation des professionnels de santé et élaboration d’un plan de développement du diagnostic et des soins en RDC.

Tout ce séminaire s’est déroulé dans une excellente ambiance, accueil chaleureux et public très intéressé, posant beaucoup de questions et prêts à s’investir pour que les patients congolais ne restent pas à l’écart des soins aux hémophiles.

1/1